logo soscience svg
Vous avez des connaissances dans le domaine des CCU qui peuvent être adaptées à l’industrie alimentaire ?
Rejoignez le programme d'innovation collaborative "The Future Of CCU for Food"
>
>
>
Passer de l’engagement à la co création pour le monde académique

Passer de l’engagement à la co création pour le monde académique

Table des matières

Objectivité en sciences

Lorsque la jeunesse se mobilise contre les violences policières, le racisme ou au sein de mouvement écologistes, le milieu universitaire est souvent accusé. Cet article du Monde en est un exemple pour l’année 2020. Les chercheurs s’engageraient sur des sujets politiques jugés comme n’étant pas leur terrain. Ces propos témoignent d’une certaine vision du rôle des chercheurs dans la société. Entre prise de distance et engagement militant, nous pensons qu’il existe une troisième voie à explorer pour le monde universitaire: la co création.

Le cas des études féministes : résolument ancrées dans les enjeux de société

A partir de la fin des années 70 et dans les années 1980, les études féministes ont démontré que la question du sexisme dans les sciences ne revêt pas qu’une dimension sociale mais aussi épistémologique. Ainsi, le sexisme est non seulement présents dans les laboratoires, avec moins de femmes chercheurs que d’hommes. Mais de plus, il influence les résultats et énoncés de la recherche [1]. 

En soulignant la dimension sexiste [2] de nombreux savoirs scientifiques (dans les sciences naturelles mais aussi sociales), les études féministes ont montré qu’il est impossible d’ignorer que les producteurs de savoirs scientifiques sont des acteurs sociaux situés. Les chercheurs appartiennent à un contexte particulier qui influence nécessairement leur façon de comprendre le réel. 

« Derrière la description la plus banale, la moins engagée, la plus neutre, se construit une perspective sur la réalité qui est située, ancrée[3] ».

Changer les pratiques: la co création

Certains acteurs souhaitent continuer à défendre l’objectivité absolue des résultats de recherche. Pour cela, ils invoquent des erreurs, des cas isolés ou des cas de « mauvaise science ». 

« Selon une définition générale du bien-faire scientifique, ce biais sexiste ne devrait pas advenir, il est une déviance ; […] si la science (avec un grand S) se déployait selon son essence propre, elle ne manifesterait pas ces aberrations» [4]

En bref, il y a bien des études sexistes, mais ce n’est une raison pour remettre en question les pratiques de recherche. Ce sont les individus qui auraient fautés en appliquant mal la méthode scientifique. 

Au contraire, le travail des chercheurs en sciences humaines et sociales nous montre que ce sont « des différences socialement construites qui mènent à des inégalités et à des discriminations – dissimulées derrière une neutralité de façade [5]». C’est ici que la co création des résultats entre en jeu. 

S’il faut se faire à l’idée que tout acteur est forcément situé, alors il est primordial de permettre à des acteurs très divers sur une même question de participer à la création des résultats de recherche. La co création est une nouvelle pratique de recherche, plus inclusive et permettant d’éviter des biais issues de discriminations.

Les scientifiques peuvent-ils être engagés ?

Un chercheur est un citoyen. Pour autant, sa profession s’accompagne aussi d’une déontologie: ce ne sont pas les avis, idées ou croyance du chercheur qui lui font dicter les résultats de sa recherche. Cependant, comme le rappelle le sociologue Eric Fassin, de nombreuses recherches sont menées non pas par «  une sorte de curiosité intellectuelle désintéressée » mais parce qu’il y a derrière «  une volonté de changer le monde.». 

D’ailleurs cela n’est pas l’apanage des sciences humaines et sociales. Les chercheurs qui travaillent sur les futures générations de batteries n’ont-ils pas en tête une vision d’un autre monde?  Les chercheurs et chercheuses en écotoxicologie ou en écologie seraient-ils davantage désinteressés et imperméables aux enjeux de société ? L’époque que nous vivons n’est d’ailleurs pas pour rien dans la redéfinition de ce métier. 

« La science, la recherche doit de plus en plus apprendre à sortir de sa tour d’ivoire, ce qui veut dire être impliquée dans l’environnement social auquel elle appartient » affirmait Joseph Taradellas, professeur d’écotoxicologie, Institut du Génie de l’Environnement de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), lors du colloque organisé Sciences Citoyennes le 6 avril 2018 sur le sujet de la responsabilité au sein de la recherche scientifique

La co création: une nouvelle pratique de recherche ancrée dans les enjeux de société

Chez SoScience, nous défendons et promouvons une science qui s’engage, qui se considère et se positionne comme une partie prenante de la société, à l’écoute des préoccupations sociétales et en capacité d’agir. Cette recherche doit pouvoir orienter et valoriser les résultats de la recherche pour répondre à ces préoccupations.  Un certain nombre de chercheurs et chercheuses sont déjà dans cette posture et les instituts de recherche avec qui nous travaillons commencent également à l’intégrer à un niveau politique et structurel.

Pour parvenir à des résultats de recherche qui s’ancrent dans nos enjeux de société et préoccupations sociales actuelles, nous proposons des méthodes qui permettent la co-création avec la société civile (citoyens, ONG, entrepreneurs sociaux scientifiques). De façon concrète, nos programmes d’open innovation The Future Of permettent depuis 2016 de faire émerger des collaborations de recherche multi-acteurs avec la société civile sur des problématiques en lien avec des enjeux sociaux et environnementaux. Que ce soit sur l’eau en environnement urbain, la santé des sols, les modèles épidémiques aux frontières, l’énergie pour la mobilité: tous ces sujets gagnent scientifiquement lorsqu’ils sont menés avec des acteurs diversifiés. 

Références

[1]  Dominique Pestre (2006), Introduction aux Science Studies, Chapitre 5 Femmes, genre et science : objectivité et parti pris.

[2] « Par « sexiste », d’une part, le fait que ces savoirs reproduisent les préjugés les plus ordinaires quant aux relations entre les hommes et les femmes, qu’ils en font l’ossature de leur discours et les légitiment. De l’autre, de naturaliser la différence et/ou l’inégalité femmes/hommes »

[3] Florence Piron (2019), « L’amoralité du positivisme institutionnel. L’épistémologie du lien comme résistance » in Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre? Sous la direction de Laurence Brière, Mélissa Lieutenant-Gosselin et Florence Piron, chapitre 9, pp. 135-168. Québec : Éditions science et bien commun.

[4] Dominique Pestre (2006), Introduction aux Science Studies, Op. cit.

[5] Pauline Gandré, « Les sciences : un nouveau champ d’investigation pour les gender studies », Idées économiques et sociales, 2012/1 (N° 167), p. 52-58.

Partagez cet article
logo soscience

Vous avez un besoin spécifique et souhaitez échanger avec notre équipe ?

Envoyez-nous un message et nous vous répondrons dans les 24h.

A bientôt !