>

Open innovation

>

>

Entrepreneuriat social

entrepreneuriat social

L’entrepreneuriat social est une manière d’entreprendre qui place l’efficacité économique au service de l’homme et de l’environnement. Une entreprise sociale ne se caractérise pas par son statut juridique mais par sa finalité : répondre à un besoin social, sociétal ou environnemental.

Une entreprise sociale repose sur trois piliers :

  • Une finalité sociale et/ou environnementale

La finalité d’une entreprise sociale est de répondre à un besoin social, sociétal et/ou environnemental mal ou peu satisfait par le marché. Sa performance se mesure par l’impact social ou environnemental positif qu’elle crée.

  • Un projet économique viable

Comme son nom l’indique, une entreprise sociale est avant tout une entreprise. Cela suppose, comme dans toute démarche de création d’entreprise, de fonder son projet sur un modèle économique viable, induisant : la prise de risques et l’innovation, la production de biens et/ou de services, la création de richesse et d’emplois, l’apport d’une réponse à un besoin, l’indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics. Contrairement aux stéréotypes, une entreprise sociale doit produire de la valeur, dégager des excédents et se développer sur le plan économique – au même sens qu’une entreprise « classique ».

  • Une lucrativité limitée et une gouvernance démocratique

Parler de lucrativité limitée ne veut pas dire que l’on s’affranchit de la notion de rentabilité. Par contre, la rentabilité devient un moyen au service du projet social de l’entreprise. La priorité est donnée au développement du projet d’entreprise.

L’entreprise sociale exprime clairement son désir de soumettre la performance économique à un critère d’intérêt général. Le profit n’est plus le premier but du business, mais un moyen d’atteindre des buts plus importants dont les priorités sont sociales, sociétales ou environnementales.

UNE NOUVELLE GÉNÉRATION D’ENTREPRENEURS : LES ENTREPRENEURS SOCIAUX SCIENTIFIQUES et industriels

Les entrepreneurs sociaux scientifiques sont des acteurs à la croisée de deux mondes : celui de la recherche scientifique et celui de l’entrepreneuriat social. Leur point commun : utiliser la recherche scientifique pour développer des solutions pertinentes, efficaces et accessibles. 

Chez SoScience, nous avons identifié trois types d’entrepreneurs sociaux scientifiques :

  • Les chercheurs qui deviennent entrepreneurs : un scientifique utilise ses compétences et son domaine de recherche pour résoudre un problème social (que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur de son institut de recherche officiel)

Exemple : Beeodiversity, une entreprise sociale basée en Belgique a été fondée par Kim Nguyen, un chercheur de l’Université de Liège. Après avoir terminé ses recherches sur les facteurs de mortalité des abeilles que sont la pollution, le manque de biodiversité et les maladies, il a voulu utiliser ses résultats pour avoir un impact fort sur le terrain pour préserver les pollinisateurs et l’environnement. C’est pourquoi il a créé son entreprise dans laquelle il aide les entreprises à surveiller la qualité de l’environnement grâce à l’analyse des données collectées par les abeilles mellifères.

  • Les collaborations entre scientifiques et entrepreneurs sociaux : un entrepreneur social avec une idée ambitieuse, une vision et une compréhension du marché rencontre un scientifique avec des connaissances/compétences spécifiques ; une collaboration fructueuse est créée entre la science et la société pour faire de l’idée une réalité.

Par exemple, en 1994, l’entreprise Nutriset située en Normandie et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) révolutionnent la lutte contre la malnutrition en introduisant les ATPE (Aliments Thérapeutiques Prêts à l’Emploi) grâce à la collaboration formée par l’entrepreneur Michel Lescanne (Nutriset) et le chercheur André Briend (IRD). Depuis, ils apportent des solutions nutritionnelles accessibles allant du traitement à la prévention de la malnutrition aux populations vulnérables.

  • Les entrepreneurs sociaux qui s’emparent de la science : un entrepreneur social monte en compétences scientifiques pour mener à bien son projet d’entrepreneuriat social 

L’entreprise sociale française Leka est un parfait exemple : les deux fondateurs voulaient développer une solution pour aider les enfants qui ont des difficultés à interagir socialement, ils ont identifié qu’un robot utilisé comme jouet pouvait être une solution efficace.. mais ils n’étaient pas des roboticiens eux-mêmes ! Ils ont donc développer de nouvelles compétences pour pouvoir créer le prototype du robot.