>

Open innovation

>

>

Economie circulaire

économie circulaire

Alors que notre modèle économique linéaire actuel atteint ses limites, la gestion efficace des ressources est devenue un sujet crucial et il existe un consensus sur la nécessité d’adapter notre modèle économique. Une alternative à l’économie linéaire traditionnelle est le concept d’économie circulaire, avec des produits et des ressources utilisés le plus longtemps possible, à travers la récupération, la réutilisation, la réparation, la refabrication et le recyclage. Cette approche réduirait le besoin en ressources primaires et contribuerait ainsi à la réduction et à l’atténuation des émissions carbone ainsi qu’à la prévention d’une nouvelle dégradation des écosystèmes naturels.

Ces dernières années ont montré un intérêt croissant pour le concept d’économie circulaire. C’est aujourd’hui un concept clé dans les stratégies de développement durable des entreprises ainsi que dans les politiques publiques et les directives internationales.

Le concept d’économie circulaire trouve ses origines dans les années 1970, parmi les études environnementales du concept d’écologie industrielle, après la publication du rapport du Club de Rome Les limites de la croissance publié en 1972. Ce concept a été repris et popularisé par le Mouvement Cradle-to-Cradle (C2C) et la Fondation Ellen MacArthur dans les années 2000 et 2010.  En janvier 2012, la fondation a publié le rapport Towards the Circular Economy: Economic and business rationale for an accelerated transition produit par McKinsey & Company, considérant pour la première fois les opportunités économiques et commerciales de la transition vers un modèle circulaire. Le concept Cradle-to-Cradle a été défini par le chimiste allemand Michael Braungart et l’architecte américain William McDonough qui ont publié en 2002 le livre Cradle to Cradle : Remaking the way we make things. Le modèle du berceau au berceau vise à transformer le modèle industriel actuel qui « prend, fabrique et gaspille » en un système durable qui serait un « créateur de biens et de services qui génèrent de la valeur écologique, sociale et économique » [1].

Éliminer le concept de déchet signifie concevoir des choses - produits, emballages et systèmes - dès le début en comprenant et en intégrant l'idée que les déchets n'existent pas.

William McDonough & Michael Braungart Tweet

2 approches de l'économie circulaire

Il existe autant de définitions de l’économie circulaire qu’il y a d’acteurs qui ont adopté le concept mais deux approches différentes peuvent être identifiées :

  • boucle fermée (closed-loop) : un processus de recyclage par lequel un produit manufacturé est recyclé en lui-même ou en un produit similaire sans dégradation ni déchets significatifs

C’est par exemple ce que met en place l’entreprise Tarkett avec son programme ReStart : les sols ne sont plus envoyés en décharge mais collectés par l’entreprise pour être réutilisés pour fabriquer de nouveaux sols.

  • boucle ouverte (open loop) : l’entrée dans le processus de recyclage est convertie en une nouvelle matière première, qui peut être utilisée comme entrée dans un autre processus de fabrication
    exemple : LanzaTech

Par exemple, LanzaTech, une société de biotechnologies basée aux États-Unis  ont eu cette idée : et si nous pouvions recycler la pollution carbone des fumées industrielles, la récupérer et la recycler en produits à base de carbone que nous utilisons quotidiennement ? Ils collectent en effet les fumées des sites industriels avant qu’elles ne pénètrent dans l’atmosphère, ils récupèrent le carbone et l’utilisent pour fabriquer par exemple du carburant pour l’aviation ou du PET pour l’emballage à partir de ces déchets carbonés. 

Un autre exemple est le programme The Future Of Waste que nous avons mené avec une entreprise en B2B dans le secteur agroalimentaire, Diana du groupe Symrise, sur la valorisation des déchets, plus précisément sur la valorisation des déchets de fruits et légumes. L’entreprise en génère beaucoup en fin de processus comme les pelures de pomme ou de banane. La question posée aux participants du programme était : comment réutiliser cette source de co-produits dans une démarche d’économie circulaire ? Pourquoi? Le défi de ce programme était de trouver comment générer un impact positif avec la réutilisation de ces ressources, au-delà d’applications permettant de réduire les déchets.